Les fêtes traditionnelles des Khmers

Les grandes fêtes traditionnelles des Khmers du Sud sont : Chol Chnam Thmay (qui signifie en langue khmère « entrée dans l’année nouvelle ») ; Dolta (fête à la mémoire des ancêtres) ; Oc-Om-Bok (Fête en l’honneur de la Lune). Lors des jours de fête, les Khmers organisent des programmes originaux d’échanges culturels et artistiques imprégnés des particularités des Khmers du Sud tels que le chant A Day, les extraits des pièces de l’opéra traditionnel Rê Bam, Du Kê, Di Kê etc… les danses folkloriques de tambour Xà Dam, de puisette, de Rôm Vông, Rôm Khach, etc.

La fête Ooc-Om-Bok se déroule les 14 et 15 octobre de l’année lunaire dans les pagodes et les familles pour rendre grâce au génie de la lune qui a apporté aux hommes des saisons luxuriantes, des poissons et des crevettes en abondance. Pour cette fête, on prépare le jeune riz gluant, les gâteaux comme banh tet, banh la dua, banh bôt chiên… pour régaler les invités ou les offrir à leur départ. Quelques provinces organisent des compétitions de ghe ngho (pirogues traditionnelles) manifestant la solidarité, la puissance et la résistance de la population dans la conquête de la nature.

Organisée pendant 16 jours, du 16 au 30 du mois Bhadrapada (qui correspond au 8e mois lunaire), la fête Dolta est organisée dans le but de commémorer les bienfaits des grands-parents, des parents et des proches, de rendre hommage aux morts et de souhaiter le bonheur aux vivants, créant ainsi de forts liens entre les amis, les proches et la communauté.

La fête Chol Chnam Thmay, la plus importante de l’année pour l’ethnie khmère, célèbre le Nouvel an, qui se déroule au mois d’avril dans les pagodes et dans chaque famille. Cette fête dure trois jours. Lors du premier jour, on accueille le Nouvel an. Le 2e jour est consacré au pèlerinage à la pagode. Et l’on effectue la cérémonie d’ablution de la statue de bouddha lors du troisième.

La plupart des Khmers au Sud pratiquent le bouddhisme de la secte hinayana Nam Tông. La vie culturelle de la population est étroitement liée aux pagodes. Bâties dans les villages, les pagodes des Khmers du Sud possèdent une architecture ancienne très belle, ornée de motifs originaux imprégnés de l’identité culturelle nationale. Les Khmers du Sud sont attachés à la pagode depuis leur naissance jusqu’à leur mort, lesquelles sont édifiées au service des activités religieuses de la population. Elles sont équipées de livres et de journaux pour améliorer la vie spirituelle de cette ethnie.

Source: CVN