Le pont japonais à Hoian Vietnam

Le pont japonais à Hoian Vietnam

Tout a commencé à la fin du 16ème siècle quand des bateaux de commerce étrangers ont accosté dans la ville. Au 17ème  siècle, les marchands nippons naviguaient ici à bord des « Shuinsen », des navires autorisés par le gouvernement japonais de Shogun à faire du commerce à l’étranger.

Au 18ème  siècle, les chinois ont commencé à s’installer ici et à construire des maisons qui font toujours partie
du paysage urbain.

Ces maisons ont été construites avec, en façade, une petite boutique et une entrée pour permettre au plus
grand nombre de marchands d’y entrer.

L’un des plus vieux ponts de Hoi An a été baptisé  le « pont japonais ». Il a d’abord été construit par les
Japonais puis rebâti ensuite par les Chinois.

Le pont est également connu sous le nom de « Lai Vien Bridge », en d’autres termes le pont des amis de pays
lointains.

À première vue, on se croirait plongé au début de la période Edo, quand les marchands japonais venaient ici
faire commerce de la soie et des épices.

Plusieurs centaines de Japonais ont vécu ici, créant ainsi un quartier nippon à part entière.
Mais l’essentiel de ce qui reste de la ville ancienne a été construit par les Chinois.

Voici une maison typique, à un seul étage, construite il y a 150 ans. On voit ici les trois niveaux de poutre
qui donne du caractère à la construction.

Les propriétaires successifs  de cette maison ont pris soin d’appliquer régulièrement  de la résine à la surface
avant le début de chaque  nouvel an chinois.

La maison est longue et étroite, étendue après le jardin intérieur jusqu’à l’arrière de la bâtisse.
Ces maisons sont semblables à celles des marchands à Kyoto au Japon. La cuisine se situant tout au fond de
la maison.

Au fur et à mesure que le nombre de touristes étrangers augmente, beaucoup d’habitants ont envie de
restaurer leurs anciennes maisons. Mais ces rénovations exigent des compétences particulières et coûtent
cher.

Alors pour maintenir cette tradition vivante, on retire des morceaux de bois usés, on les restaure pour les
réutiliser dans la mesure du possible.

Mais le même type de bois doit être utilisé dans la fabrication des nouvelles pièces.

Désormais, pour traverser le pont, les cyclistes doivent pousser leurs vélos.

Et maintenant, les habitants de Hoi An se préoccupent sérieusement de la protection de leur patrimoine
traditionnel et de leur culture.